CEFE - EPHE

Groupement d'intérêts scientifiques
laboratoire d’Ecologie et de Biogéographie des Vertébrés - Ecole Pratique des Hautes Etudes

L'activité scientifique du laboratoire est centrée sur la dynamique et la gestion de la biodiversité. Cela comprend l’écologie des perturbations (e.g. l'impact du feu sur les populations et communautés de vertébrés, et la mesure de la résilience de celles-ci), la biogéographie, la phylogéographie de vertébrés du sud de l’Europe et de l’Afrique du Nord (dont l'analyse des patrons de biodiversité en relation avec les facteurs environnementaux notamment climatiques) et la gestion conservatoire des populations et peuplements de vertébrés à forte valeur patrimoniale, rares ou menacées. Cette dernière thématique privilégie les relations avec les organismes publics en charge de la biodiversité et de la préservation des milieux naturels en France (ministères chargés de l'environnement, DREAL, ONCFS, ONF, parcs et réserves, etc.). Les modèles biologiques privilégiés sont les petits mammifères, les oiseaux, les reptiles et les amphibiens. La zone géographique d’expertise est le Paléarctique Occidental, avec une dominance pour les milieux méditerranéens.
Les compétences complémentaires des personnels du laboratoire BEV permettent une approche intégrative, alliant la connaissance biologique et écologique des espèces et des milieux, la maîtrise des méthodes d’étude de la structuration et la dynamique des populations (approches démographique et de génétique des populations), le suivi à long terme des aires de répartition (atlas de répartition, base de données faunistiques, phylogéographie) et une bonne connaissance de l’effet des perturbations environnementales (modifications de paysage, pollutions, maladies, espèces exotiques envahissantes etc.) sur ces différents niveaux d’intégration. L’objectif scientifique est de comprendre les mécanismes éco-évolutifs qui génèrent la biodiversité et sa dynamique spatiale et temporelle. Ces connaissances permettront le développement de scénarios de biodiversité utiles à la mise en œuvre des politiques publiques en faveur de la protection de la nature.

Le laboratoire s’intéresse à l‘écologie des amphibiens des lacs et zones humides d’altitude. Un accent particulier est mis sur les interactions avec les activités humaines (empoissonnement des lacs à des fins de pêche de loisir) et la surveillance de l’apparition de pathologie (Ranavirus, champignons pathogènes).